Il est facile de passer d’une idée à une autre, d’un modèle d’entreprise à un autre. Beaucoup ont commis cette erreur lorsqu’ils ont commencé. Et ils ont presque échoué. Vous devez vous concentrer sur une chose à la fois. Concentrez-vous sur un modèle d’entreprise. Concentrez-vous sur une niche. Ensuite, faites des efforts pour réussir. Si vous sautez des étapes, vous échouerez probablement. Puis passez simplement à autre chose seulement lorsque vous réussissez.
L’économie mondiale du partage est en plein boom, si bien que la tendance est à la location. Le site MaxLoc estime que la valeur moyenne des objets peu utilisés des Québécois se situe entre 6 000 et 7 000 $. C’est pour cela que le site vous permet de rentabiliser chaque objet qui traine au fond de vos tiroirs en le louant. Vous pourriez donc y louer votre perceuse, vos outils de bricolages ou encore votre appareil photo… À vous de voir quel objet vous souhaitez rentabiliser!
Cela étant dit, il y a certaines choses que vous ne pouvez absolument pas externaliser. En fait, il y a beaucoup de tâches que vous ne pouvez pas externaliser, même si vous le souhaitez. Considérez votre entreprise comme une machine géante avec des dizaines d’engrenages qui sont tous liés. Ensuite, imaginez que l’une des dents se décompose. Vous n’avez pas à passer 20 heures pour réparer l’engrenage défaillant, vous payez quelqu’un pour le faire à votre place.

Les touristes se promènent avec des caméras autour du cou et des portefeuilles pleins de monnaie locale dans leurs poches. Je le fais dans toutes les villes que je visite, j’ai toujours un appareil photo sur moi et de l’argent à dépenser. Il y a toutes sortes de choses à voir dans toutes les villes, de l’histoire à l’architecture, des monuments aux musées, des boutiques aux restaurants !
Démarrez votre propre moteur de recherche — Google vous offre une excellente API pour créer votre propre moteur de recherche personnalisé. Construisez-en un autour d’un certain sujet, offrez un meilleur design ou donnez des récompenses aléatoires. Vous gagnez de l’argent à chaque fois que les gens recherchent à partir de votre site et cliquent sur des annonces.
La partie la plus difficile est de développer le contenu. Une fois produit, vous pouvez le promouvoir de la même façon que vous le faites pour vos publications à travers des réseaux sociaux, des relations avec d’autres blogs et à travers le marketing d’affiliation. Un seul produit numérique peut apporter une grande somme d’argent pour une longue période, à condition que le contenu soit persistant, c’est-à-dire qu’il reste valable pour le lecteur même avec le temps et qu’il ne devienne pas dépassé rapidement.
Quand j'ai découvert le concept de ce métier, j'ai vu tout de suite la possibilité de devenir à nouveau indépendante sans les contraintes d'un magasin. Une vraie revanche pour moi!! décider enfin de mon temps de travail, de mes contraintes, prendre tout simplement les reines de ma vie en profitant du système de formation, des outils et de l'accompagnement des personnes qui réussissent.
Les graphistes sont souvent en charge de réaliser des logos et des chartes graphiques, des maquettes pour impression (cartes de visite/flyers…) ou même des designs pour packaging etc. C’est un métier très créatif et inspirant. Ainsi, vous pourrez imaginer des identités visuelles pour des entreprises en création ou pour celles qui souhaitent remettre à jour leur image de marque.
En France, il existe deux sites pour cela: Foule Factory (mais qui n’accepte plus les nouvelles inscriptions, victime de son succès) et Clickworker. Foule Factory annonce des gains possibles de 15 € par heure, mais j’ai un peu de mal à y croire 😉 Quant à Clickworker, ils proposent une app IPhone, pratique pour faire quelques tâches lorsque vous attendez dans la queue à la boulangerie.
×