En fonction du nombre de visiteurs et de l'influence que vous parviendrez à obtenir via le web, la création d'un blog pourra vous rapporter quelques dizaines d'euros (bien utiles en compléments de salaire) ou devenir votre emploi à plein temps. L'avantage de cette pratique est réel : vous avez la possibilité de gagner de l'argent facilement en vous consacrant à un sujet qui vous intéresse. En plus, il n'est pas rare que les marques proposent un cadeau en échange de visibilité. Il faut tout de même garder à l'esprit le fait que vous devez toucher un maximum de personnes : choisissez donc une thématique fédératrice.

Concentrez-vous obsessionnellement sur le contrôle de votre risque. Vous ne devriez jamais accepter un risque pour avoir plus de chances de gagner de l’argent. Ne commencez pas à spéculer avec des options dans l’espoir de réussir. N’essayez pas d’emprunter avec imprudence de l’argent pour tenter de tirer le meilleur parti d’une affaire. Ne comptez jamais sur un seul revenu pour payer toutes vos factures.
Cherchez du travail. Lorsque vous débuterez, vous serez peut-être obligé d'écrire sur un sujet qui ne vous intéresse pas particulièrement. Vous devez garder l'esprit ouvert et vous tenir prêt à accepter des travaux qui ne font pas partie nécessairement de votre domaine d'expertise. Cependant, le temps aidant, vous élargirez vos connaissances, mais aussi vous arriverez à bâtir votre réputation. Ainsi, vous pourrez être plus sélectif à propos des travaux que vous accepterez [20].
Ensuite, il vous faudra renseigner les autres revenus perçus ou les charges et les réductions voire les crédits d’impôt auxquels vous avez droit. L'avantage principal par rapport à la déclaration papier, c'est que lorsque vous indiquerez les différents types de revenus que vous avez perçus en 2016, le service vous présentera à l'écran les formulaires déclaratifs qui correspondent. Il vous suffira juste de les remplir. 
J’ai invité Benoît du blog Je maîtrise mon argent pour parler d’un sujet pas très drôle… et qui nous a tous touché un jour. Il s'agit du découvert autorisé. Benoît s’y connaît en gestion de budget, je lui laisse donc la place. C’est à toi Benoît. La peur, la honte, c’est ce qu’on ressentait, il y a quelques dizaines d’années, quand notre banquier abordait le sujet. Même si c’était un découvert autorisé, pour tout un chacun, il était hors de question d’en arriver là. On faisait tout pour en sortir rapidement, et le mois suivant, ce n’était plus qu’un mauvais souvenir.  De nos jours, on a l’impression...
×